Jeanne 15 février 2019

Le pouvoir des fleurs, les hippies disaient dans les années 60 : et le pouvoir des fleurs est ce que vous pensez quand vous regardez une prairie fleurie, une plante luxuriante, une forêt luxuriante, symboles d’une nature riche et intacte où puiser énergie et beauté.

Une couronne de Noël peut-elle représenter tout cela ?

Oui, je le suis. Icône des fêtes les plus importantes, c’est une décoration intemporelle qui embellit la table ou la porte d’entrée ; un élégant porte-bonheur qui, en plus d’être beau, devient « bon » s’il est fait de plantes et fleurs de saison, cultivées dans les environs et dont les imperfections sont également mises en valeur.

Ces dernières années, grâce aux campagnes de sensibilisation au changement climatique et à la pollution, l’accent a été mis davantage sur tout ce qui est nature, en danger et donc à préserver. Cette attention a vu la naissance en Amérique en 2014 du mouvement des fleurs lentes, où le marché des fleurs – tout comme celui de la nourriture avec la nourriture lente – a subi une révolution ou, comme on l’appelle, une Renaissance, qui tourne autour des valeurs du kilomètre zéro, des cultures saisonnières et d’une chaîne logistique réduite, où les distances entre producteurs, vendeurs, consommateurs et même créateurs de fleurs sont de moins en moins grandes, avec une exploitation plus limitée des matières premières, sous le signe de la durabilité écologique.

 

Même en Italie, de nombreux professionnels ont décidé d’adopter cette philosophie et de rejoindre le mouvement. Muriel Tegoli, plus connue sous le nom de « Dame des couronnes » (pas seulement à Noël), en fait partie : dans sa ferme Ilpoderelerocche, sur les collines du Piémont, elle cultive des fleurs coupées et des baies de roses, éléments avec lesquels elle crée ses propres couronnes, qui se caractérisent par leur naturel à 100%. Dans ses compositions, on retrouve précisément des fleurs, des feuilles, des baies, des plantes et des herbes aromatiques cultivées sur sa terre, dans un jeu de couleurs, de textures et de parfums qui n’apporte rien d’artificiel.

La petite réalité construite par Muriel se trouve précisément à Chieri, dans la province de Turin, non loin des grandes villes (Milan est aussi à un peu plus d’une heure et demie), et mérite vraiment une visite : pendant l’année, en fait, pendant quelques week-ends, Muriel ouvre sa maison pour donner des cours de compositions florales, ainsi que de guirlandes. Les séminaires sont l’occasion idéale de vivre une journée au contact de la nature, de découvrir le potentiel et la polyvalence des différentes plantes et la technique infaillible pour créer une magnifique couronne, à emporter chez soi.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*